52601
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-52601,theme-brick,select-core-1.2.1,woocommerce-no-js,brick-child-child-theme-ver-1.1,brick-theme-ver-3.2,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,vertical_menu_with_scroll,columns-4,type1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
 

Bisk

 

Il n’y a qu’un seul moyen de savoir comment une toile a été peinte, c’est de questionner son créateur. La réponse de Bisk est singulière. Il commence par peindre un fond à la bombe aérosol qui lui donne un peu de matière et dont le rôle est d’occuper les lacunes entre les graffs. Dans un deuxième temps, il graff son blaze, n’importe où sur la surface de la toile. Cela n’a guère d’importance. Volontairement, il fait couler la peinture en fonction de son inspiration du moment.

Il obtient ainsi des lignes parallèles, les coulures, et des courbes (celles de son blaze). Il peint alors un autre graff de son blaze, proche du premier, et laisse couler l’acrylique de la même manière. Ensuite, ne suivant que son inspiration du moment, il relie les lignes par d’autres traits, prolonge les courbes. Par le dessin, il crée un réseau serré de lignes ; une coulure est traversée par une autre.

Par contiguïté le graphisme se développe sur la toile occupant à terme toute la surface. Commence alors une autre phase que je qualifierais de « sur lignage ». Avec des feutres de différentes épaisseurs, Bisk entoure toutes les formes dessinées, les graffs, les coulures etc.

 

@ Galerie ART21- Paris – Montmartre